Alabama_SongAlabama Song

de Gilles Leroy

Mercure de France, 189 pages

15€

Voici l’histoire :

« Les garçons des clubs, les jeunes officiers du mess, je les tiens dans ma main gantée de fil blanc. Je suis Zelda Sayre. La fille du Juge. La future fiancée du futur grand écrivain.

Du jour où je l’ai vu, je n’ai plus cessé d’attendre.

Et d’endurer, pour lui, avec lui, contre lui. »

Montgomery, Alabama, 1918. Quand Zelda, "Belle du Sud", rencontre le lieutenant Scott Fitzgerald, sa vie prend un tournant décisif. Lui s'est juré de devenir écrivain : le succès retentissant de son premier roman lui donne raison. Le couple devient la coqueluche du Tout-New York. Mais Scott et Zelda ne sont encore que des enfants : propulsés dans le feu de la vie mondaine, ils ne tardent pas à se brûler les ailes...

Gilles Leroy s'est glissé dans la peau de Zelda, au plus près de ses joies et de ses peines. Pour peindre avec une sensibilité rare le destin de celle qui, cannibalisée par son mari écrivain, dut lutter corps et âme pour exister... Mêlant avec brio éléments biographiques et imaginaires, Gilles Leroy signe ici son grand "roman américain".

Mon avis :

Il y a des livres dans sa vie qu’il faut avoir lu et bien pour moi « Alabama Song » n’en fait pas partie. Je ne vois pas trop pourquoi il a reçu le prix Goncourt, certes il est bien écrit mais l’histoire n’est pas plus transcendante que ça. Je n’ai pu réellement plaindre Zelda Fitzgerald, je l’ai même trouvée un peu antipathique. Ce n’est donc pas pour moi le livre du siècle et je trouve qu’il ne mérite pas toutes les éloges qu’il a reçus. Certes c’est bien écrit mais je n’ai pas vraiment trouvé de sens profond ni de lieu d’être pour ce livre. Zelda a probablement beaucoup souffert de son mariage avec son écrivain de mari mais comme l’auteur le dit lui-même ce livre n’est que de la fiction et c’est peut être d’ailleurs pour ça que je ne me suis pas vraiment mis dans la peau de Zelda et n’est pu réellement la plaindre même si certaines parties doivent être vrai. J’attendais en tout cas plus de ce livre plébiscité par la critique même s’il m’arrive très souvent d’être déçue justement par ces livres si louée par la critique comme il n’y a pas très longtemps je l’ai été par « Les âmes grises » de Philippe Claudel ou encore « Les bienveillantes » que je n’ai jamais pu finir. Déçue donc. A lire peut être pour les fans de Fitzgerald ou pour découvrir l’auteur.

Ma note : 5/10.

EtoileEtoileEtoile_1