La_petite_fille_de_Monsieur_LinhLa petite fille de Monsieur Linh

de Philippe Claudel

Livre de poche, 183 pages

5,50€

Voici l’histoire :

Monsieur Linh est un vieil homme. Il a quitté son village dévasté par la guerre, n’emportant avec lui qu’une petite valise contenant quelques vêtements usagés, une photo jaunie, une poignée de terre de son pays. Dans ses bras, repose un nouveau-né. Les parents de l’enfant sont morts et Monsieur Linh a décidé de partir avec Sang Diû, sa petite fille. Après un long voyage en bateau, ils débarquent dans une ville froide et grise, avec des centaines de réfugiés.
Monsieur Linh a tout perdu. Il partage désormais un dortoir avec d’autres exilés qui se moquent de sa maladresse. Dans cette ville inconnue où les gens s’ignorent, il va pourtant se faire un ami, Monsieur Bark, un gros homme solitaire. Ils ne parlent pas la même langue, mais ils comprennent la musique des mots et la pudeur des gestes. Monsieur Linh est un cœur simple, brisé par les guerres et les deuils, qui ne vit plus que pour sa petite fille. Philippe Claudel accompagne ses personnages avec respect et délicatesse. Il célèbre les thèmes universels de l’amitié et de la compassion. Ce roman possède la grâce et la limpidité des grands classiques.

Mon avis :

J’ai vraiment du mal à me forger une opinion sur cet auteur. Soit j’aime soit je déteste ces livres mais la balance ne penche jamais d’un seul côté. Pour celui-ci, elle est sur la touche « J’ai aimé ».

Une histoire simple, belle, efficace, courte trop peut-être.

Un personnage central, touchant, essayant de continuer à vivre après la perte de tout ce qu’il avait, famille, maison, culture, pays, langue. Il survit au début plus qu’il ne vit surtout pour sa petite fille, seul ancrage dans la vie et dans la réalité. Il se bat, découvre un monde nouveau, se fait un ami même s’il ne comprend pas ce qu’il lui dit.

La fin est triste mais je m’y attendais un peu, Claudel n’aime pas vraiment les happy ends d’après ce que j’en ai lu.

Drôle de sentiment à la fin de cette lecture, ai-je aimé ? Oui, je pense que l’on peut dire ça. Comme je le disais je n’ai pas encore d’opinion précise sur l’auteur et continuerai à le lire pour me faire une idée réelle.

Je vous le conseille surtout si vous aimez Philippe Claudel et les belles histoires tristes.

Ma note : 7/10.

EtoileEtoileEtoileEtoile_1