Odette_Toulemonde_et_autres_histoiresOdette Toulemonde et autres histoires

d'Eric Emmanuel Schmitt

Albin Michel, 281 pages

19€

 

Voici l’histoire :


« Cher monsieur Balsan,
Je n'écris jamais car, si j'ai de l'orthographe, je n'ai pas de poésie. Or, il me faudrait beaucoup de poésie pour vous raconter l'importance que vous avez pour moi. En fait, je vous dois la vie. Sans vous, je me serais tuée vingt fois.
Odette »

 

Mon avis :


Comme il s’agit d’un recueil de nouvelles, j’essayerai de donner mon opinion au fur et à mesure de ma lecture.

 

« Wanda Winnipeg » ouvre donc le bal de ce recueil. Il s’agit de l’histoire d’une femme extrêmement riche, qui en vacances revoit par le plus grand des hasards son tout premier amant. Et elle va faire quelque chose de très altruiste et généreux pour quelqu’un de sa vie passée et qui ne le saura jamais. Intéressante mais trop courte pour nous marquer plus que ce cela.

 

La deuxième histoire traite d’une femme plus que cynique qui sort avec un homme plus que positif. En se mariant avec lui elle fait taire son côté noir et calque ses réactions sur les siennes. Jusqu’au jour où un grand malheur arrive et tout est chamboulé. Une histoire bien quoi que peut-être un poil un peu trop convenue.

 

« L’intruse » est un traitant Alzheimer et de ses effets néfastes, plutôt bien tournée et le doute persiste presque jusqu’à la fin sur cette fameuse intruse.

 

« Le faux » est une l’histoire touchante d’une femme délaissé par son amant et sans la sou contrainte d’héberger des étudiantes pour survivre faute de pouvoir le vrai-faux Picasso offert dans le temps par son amant. Belle leçon de vie à la fin.

 

« Tout pour être heureuse » est une vision heureuse en quelque sorte de l’adultère et le déroulement de l’histoire est plutôt original.

 

« La princesse aux pieds nus » est l’histoire la plus courte et la plus décevante pour moi.

 

« Odette Toulemonde » respecte en tout point le film et je l’ai donc quelque peu survolé.

 

Le livre se termine par une histoire sur un groupe de femmes au Goulag qui décide d’écrire un livre pour leurs enfants. Une fille d’une de ces femmes aborde un auteur en herbe et l’invite à découvrir le plus beau livre du monde. Le contenu de ce livre est pour le moins original.

 

Un recueil intéressant mais un cran en dessous car moins touchant et beau que « La rêveuse d’Ostende ».

Ma note : 6/10.

EtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoile