Que_serais_je_sans_toiQue serais-je sans toi ?

de Guillaume Musso

XO Editions, 299 pages

19,90€

 

Voici l’histoire :


Gabrielle a deux hommes dans sa vie. L’un est son père, l’autre est son premier amour. L’un est un grand flic, l’autre est un célèbre voleur.
Ils ont disparu depuis longtemps, laissant un vide immense dans son cœur.
Le même jour, à la même heure, ils surgissent pour bouleverser sa vie. Ils se connaissent, ils se détestent, ils se sont lancé un défi mortel.
Gabrielle refuse de choisir entre les deux, elle voudrait les préserver, les rapprocher, les aimer ensemble.
Mais il y a des duels dont l’issue inéluctable est la mort. Sauf si…


Mon avis :


C’est la première fois depuis que je lis Musso, que je suis déçue. J’attends toujours avec une grande impatience de pouvoir lire ses nouveaux livres et la plupart du temps comme ils sont très difficiles à obtenir à la bibliothèque, je suis obligé d’attendre leur sortie en poche.


Pour une fois, j’ai eu de la chance et j’ai réussi à trouver celui-ci et c’est donc avec un grand plaisir que je l’ai immédiatement entamé.


Cependant dès les premières pages, j’ai su qu’il ne s’agissait pas d’un Musso ordinaire et malheureusement, l’innovation n’a pas vraiment fonctionné sur moi. Je ne suis pas accroché autant que d’habitude à l’histoire ni aux personnages. Et je dois dire que la seule chose qui est réellement relevé le niveau du livre est la fin digne d’un Musso.


C’est cette fin qui me pousse à dire que tout n’est pas mauvais, car c’est là où on retrouve, ou pour ma part que j’ai retrouvé, le Musso que j’aimais auparavant. Une fin belle, magnifique et qui vous fait croire que l’amour, le vrai, existe encore quelque part même si ce n’est que dans la littérature.


C’est dommage mais il fallait bien que ça arrive un jour car même les grands auteurs ont un jour un livre moyen, ou qui ne correspond pas à nos attentes. Et puis un ce n’est pas beaucoup et je peux toujours me consoler en me disant que le prochain ne pourra qu’être meilleur.


C’est vrai, c’est dommage car je ne sais pas trop ce qu’il a voulu ou dire mais je suis passé quand même drôlement à côté car dans ce livre, on dirait que l’histoire d’amour passe au dernier plan. Bizarre surtout lorsqu’on est habitué à ce qu’elle occupe toute la place. Choix bizarre que cette chasse à l’homme et même si elle a un rapport direct avec l’histoire d’amour du héros, je la trouve pas écrite et décrite, fade et presque sans intérêt.


Première et je l’espère dernière déception à la lecture d’un Guillaume Musso. Qui pour la première fois ne sera pas conseillé ni encensé par ma critique. Un cru fade qui nous laisse un coup amer.

Ma note : 6/10.

EtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoile