DeliriumDelirium

de Lauren Oliver

Hachette, 456 pages

18€

Voici l’histoire :

Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme le plus grand des maux. Un monde où tous les adultes de 18 ans subissent une opération du cerveau pour en être guéris. A quelques mois de subir à son tour « la Procédure », Lena fait une rencontre inattendue… Peu à peu elle découvre l’amour et comprend, comme sa mère avant elle, qu’il n’y a pas de plus grande liberté que laisser parler ses sentiments. Même si cela implique de quitter ses certitudes…
« Ils prétendent qu’en guérissant de l’amour nous serons heureux et à l’abri du danger éternellement. Je les ai toujours crus. Jusqu’à maintenant. Maintenant, tout a changé. Maintenant, je préférerais être contaminée par l’amour ne serait-ce qu’une seconde plutôt que vivre un siècle étouffée par ce mensonge. »

Mon avis :

Voici un livre vite acheté vite lu, il n’aura pas traîné très longtemps dans ma PAL. Il faut dire aussi que tous les avis que j’ai lu dessus m’ont donné une terrible envie de le découvrir au plus vite. A tel point que je l’ai fait passé avant mes partenariats mais parfois l’appel d’un livre n’attend pas.

J’attendais beaucoup de ce livre et c’est pourquoi le début m’a un peu déstabilisé et presque déçue. C’est aussi l’un des problèmes que l’on peut rencontrer lorsqu’un livre est encensé partout autour de nous.

Heureusement la suite du livre se révéla bien meilleure et je me suis vite attaché à Lena et à son histoire. Petit bémol la comparaison avec la série était vraiment présente dans ma tête sur beaucoup de détails mais cela n’a malgré tout pas du tout gêné ou gâché ma lecture.

Il faut dire que le concept de l’amor deliria nervosa est fort bien trouvé et très bien exploité tout au long du livre. Si certaines situations sont très convenues, on se laisse facilement emportée par l’histoire et les pages se tournent de plus en vite à mesure que l’action et Lena évolue.

Beaucoup d’éléments sont mis en place dans ce tome, des questions sur la vie de Lena. Ces réponses vont lui être apportés en grande partie par Alex qui va surgir dans sa vie d’une manière dès plus attendue pour elle. Il va lui montrer une autre partie de la vie et grâce à lui ou à cause de lui Lena va découvrir le véritable sens du mot « aimer ».

Bien sur c’est un livre plutôt destiné aux jeunes adultes mais je n’ai pu m’empêcher d’être séduite par l’histoire, les personnages et le concept. L’amour, une maladie très grave qui doit être éradiquer à tout prix, une des plus hérésie de tout les temps si on y pense et pourtant la sauce prend bien et l’univers est très crédible. Tout comme les mesures misent en place par le gouvernement d’ailleurs et c’est là où on se dit qu’un jour peut-être quelqu’un aura l’idée complètement folle d’éradiquer les sentiments amoureux.

La fin du livre est terrible pour les nerfs des lecteurs, surtout lorsque l’on sait que la suite n’est pas encore prête d’être sortie en France pour le moment. La fin à elle seule vaut le début un peu longuet du livre mais une fois que l’histoire est lancée, il m’a été impossible de quitter le train en marche. Mon impatience a tourné les pages a pris le dessus et j’ai fini le livre sans même m’en apercevoir.

Un livre à la hauteur de mes attentes, malgré quelques petites frayeurs à l’entame de ma lecture, ce ne sera donc pas un coup de cœur mais presque. Une fin digne des meilleurs livres du genre qui sait torturer et tenir son lecteur en haleine pour la suite. Bref si vous ne l’avez pas lu, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Ma note : 8,5/10.

EtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoile_1

4282390 PAL 171/322