L_homme_de_KaboulL'homme de Kaboul

de Cédric Bannel

Robert Laffont, 396 pages

21€

 

Voici l’histoire :

Quand Oussama Kandar, chef de la brigade criminelle de Kaboul, ancien héros de guerre contre les Russes et les talibans, découvre le cadavre de Wali Wadi, il n’imagine pas déclencher l’une de ces séries de minuscules événements qui se terminent en raz de marée. D'après Oussama, l’homme qui gît au milieu de son magnifique salon, une balle dans la tête, ne peut en aucun cas s’être suicidé, comme l’affirme le ministre de la Sécurité. Profondément intègre, opposé à la corruption qui gangrène son pays, Oussama croit en la justice. Par fidélité à ses principes, il refuse de classer l’affaire. Au contraire, en compagnie de ses fidèles adjoints, il s’acharne à remonter les pistes, à exhumer les vérités travesties. Dès lors, il est l’homme à abattre. Une aide inespérée lui vient d’un étrange personnage, mollah Bakir, un taliban sorti d’Oxford sans doute plus dangereux qu’il n’en a l’air.

À l’autre bout du monde, en Suisse, le jeune Nick, analyste dans les services secrets, est lancé sur la piste d’un fugitif, dirigeant d’une entreprise très opaque aux ramifications internationales. L’homme s’est volatilisé avec un rapport secret qui paraît affoler plusieurs gouvernements. Quand il comprend que son organisation assassine des innocents dans sa quête désespérée pour retrouver le fugitif, Nick se révolte. Il découvre les sanglantes tentatives d’élimination dont a été victime, à Kaboul, un certain commissaire Oussama Kandar.

Oussama l’Afghan, Nick le Suisse et Bakir le mollah : ce trio improbable se retrouve dans les hautes montagnes d’Afghanistan, en des lieux sauvages contrôlés par des hommes qui tuent au nom de Dieu. Là se terre sans doute l’homme qui connaît la vérité. Là est caché le rapport recherché par tous. Mais choisiront-ils de révéler au monde ce qu’ils apprendront ? Où accepteront-ils de se taire au nom d’intérêts supérieurs ?

Mon avis :

J'ai la grande chance d'être sélectionné par Canalblog et les éditions Robert Laffont pour découvrir ce livre en avant-première. J'aime ce genre d'initiative et je suis toujours prête à jouer le jeu lorsqu'il s'agit de découvrir un nouveau livre et un nouvel auteur comme ici. Je ne connaissais donc pas Cédric Bannel avant la lecture de ce roman mais après une courte recherche sur le net j'ai vu qu'il ne s'agissait pas là de son premier roman. Est-ce que cela change quelque chose pas du tout car le résultat final est plutôt bon et convaincant.

L'un des aspects les plus réussis du livre c'est que nous avons droit à dépaysement garanti. L'auteur nous fait voyager entre Kaboul et la Suisse, deux pays et deux cultures tout à fait différente. C'est la grande force du livre, voir l'opposition de deux cultures, deux manières de faire et de penser. Nick, notre héros suisse possède plus de moyens, plus d'hommes (même si là en l'occurrence il travaille en solitaire) et n'as pas à se préoccuper de toute la politique autour de son travail. Hors du côté de Oussama le contexte est bien différent. La lutte existe toujours dans son pays malgré le fait qu'il soit libre. La police et les politiciens sont souvent corrompus, ils manquent de moyens et les attentats ne cesse de faire rage. Difficile dans ces conditions de mener une enquête digne de ce nom.

Il est intéressant de se plonger ainsi dans la vie d'un commissaire à Kaboul qui ne cède pas aux pots-de-vin ni aux menaces de sa plus haute hiérarchie. Oussama reste intègre, juste et honnête, cela va souvent lui coûter cher mais pour la quête de la vérité et de la justice prime avant tout. On découvre un pays en ruine qui se reconstruit doucement mais sûrement. On comprend et on observe la différence entre les cultures, ce qui est important pour nous ne l'es pas forcément pour eux. La relation tient forcément une part dans l'histoire car Oussama reste très croyant malgré tout et ne déroge jamais à ses prières quotidiennes. Le terrorisme est mentionné même si là il sert les intérêts des grands méchants de l'histoire.

Pendant une très grosse partie de l'histoire, le livre est coupé en deux. Une partie à Kaboul avec le commandant Oussama qui enquête sur un meurtre maquillé en suicide et l'autre en Suisse où Nick va tout tenter pour découvrir le fin mot d'un complot qui risque de le mener bien loin et qui a causé la mort de l'un de ses amis proche. Un roman à deux fois qui manie très bien l'art de la fausse route et dont seule la conclusion va amener nos deux héros à se rencontrer.

La construction du livre reste assez classique mais ces paysages, son mélange des cultures et sa profonde connaissance et respect de la culture afghanes change notre perspective du livre et en fait sa grande force. On n’oublie pas facilement l'univers décrit ici, il nous marque et ne nous laisse pas indifférent. Un bon livre d'espionnage qui manie très bien l'art des fausses pistes, des doubles jeux et autres ficelles du genre. On peut tout de même lui reprocher une fin un peu trop rapide sur certains aspects mais dans l'ensemble le livre est bon et devrait plaire à un grand nombre.

Malgré tout cependant au final malgré le magnifique contexte et le dépaysement garanti, le livre reste assez classique et j'ai trouvé les révélations et les enchaînements finaux un peu trop rapide à mon goût. Cela a un tout petit peu entaché ma lecture mais malgré cela, mon ressenti global reste très bon.

En conclusion, j'ai aimé découvrir le style de Cédric Bannel et ce que j'ai lu aujourd'hui m'incite à découvrir ces autres romans pour voir si la construction de ses personnages et de leurs univers est aussi fouillée que dans celui-ci. Une belle découverte, un bon roman et un concept que j'espère renouveler plus souvent. Ce livre vous apportera un dépaysement garanti et devrait vous plaire avec la psychologie de ses personnages bien construit et fouillée. Encore merci à Canalblog et aux éditions Robert Laffont pour cette lecture.

Ma note : 7,5/10.

EtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoile_1

4282390PAL 174/325