MarinaMarina

de Carlos Ruiz Zafon

Pocket Jeunesse, 310 pages

6,70€

 

Voici l’histoire :

Dans la Barcelone des années 1980, Oscar, quinze ans, a l'habitude de fuir le pensionnat où il est interne. Au cours de l'une de ses escapades, il fait la connaissance de Marina. Fascinée par l'énigme d'une tombe anonyme, Marina entraîne son jeune compagnon dans un cimetière oublié de tous. Qui est la femme venant s'y recueillir ? Et que signifie le papillon noir qui surplombe la pierre tombale ? S'égarant dans les entrailles d'une terrifiante cité souterraine, s'enfonçant dans les coulisses d'un inquiétant théâtre désaffecté, Oscar et Marina réveillent les protagonistes d'une tragédie vieille de plusieurs décennies.

Mon avis :

J’ai découvert l’auteur comme bon nombres d’entre nous avec l’excellent « L’ombre du vent » qui m’avait littéralement transporté à l’époque, son second roman « Le jeu de l’ange » m’avait tout aussi convaincu et j’attends donc maintenant avec impatience les autres écrits de l’auteur.

C’est la raison pour laquelle je n’ai pas hésité avant de procurer « Marina », histoire de retrouver l’écriture poétique et magique que j’aime tant chez l’auteur. Bien sûr il y a toujours cette petite appréhension, vais-je aimer, va-t-il combler toutes mes attentes mais bon il s’agit des questions que l’on peut se poser avant d’ouvrir chaque nouveau livre.

J’ai donc entamé l’histoire avec beaucoup d’espoir et je dois avouer qu’ils n’ont pas été déçus même si ce n’est pas un grand coup de cœur comme avec les deux précédents. On retrouve aisément la plume de l’auteur qui nous transporte une fois encore dans un Barcelone étincelant, magique et regorgeant de mystère en tout genre.

J’ai pu m’attacher très facilement à Oscar et Marina, suivre tout au long du livre leurs périples à la découverte de secrets de plus en plus sombres. Les deux gens vont jouer au jeu du chat et de la souris. On ne sait jamais vraiment s’ils sont amis ou bien plus que ça. On s’attache d’ailleurs tellement à eux que le dénouement de l’histoire n’en est que plus terrible au vus de certaines révélations finales.

On peut reprocher dans un sens à l’auteur ne pas beaucoup changer son style et la construction de base mais l’histoire et les personnages sont tellement forts, touchants et beaux que pour ma part la sauce a très bien prises et que je ne regrette pas une seule seconde de l’avoir entamé.

Je suis donc toujours aussi conquise par l’auteur et ce que j’ai lu dans Marina me conforte dans l’idée que c’est un auteur que je dois suivre de près, histoire de toujours être transporter dans une Espagne inconnue et magique.
Ma note : 7,5/10.

EtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoile_1

Le Tour des genres en 365 jours

Section Comtemporaine

2/2