Non StopNon Stop

de Frédéric Mars

Hachette Jeunesse, 768 pages

18€

 

Voici l’histoire :

 9 septembre 2012, Manhattan. Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz Mc Geary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S'ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient. Quels que soient leur âge et leurs couleurs de peau. La cavale sans fin de ceux qu'on appelle les Death Walkers, les marcheurs de la mort, ne fait que commencer.

 Mon avis :

Diverses critiques lus par ci par là on attisait ma curiosité concernant ce livre jeunesse. Je ne connaissais pas du tout l’auteur avant d’ouvrir ce livre et c’est donc sans à priori que j’ai entamé ma lecture, mais avec de grandes attentes malgré tout. Un lourd fardeau pour un livre tout de même.

J’ai été très facilement happée par l’histoire, il faut dire qu’elle commence très forte et l’auteur nous met très rapidement dans le bain. Une fois que l’on entame le livre il nous est très difficile de le lâcher et mine de rien ce pavé se lit très bien et très vite.

Si le style scénaristique fait penser énormément sur certains points à 24h Chrono, j’ai malgré tout apprécié le développement de l’intrigue. Et puis ces similitudes ne m’ont pas dérangé plus que cela puisque j’ai réussi à m’immerger complétement dans l’histoire.

Il faut dire que le modus operandi de ces terroristes est tellement flous et surtout tout le monde peut devenir sans le vouloir un seul instant un « Death Walkers » en puissance. C’est ce qui donne une profondeur supplémentaire ainsi qu’une dimension encore plus effrayante au livre. Il n’y a plus de profil type et les kamikazes deviennent de simples victimes d’un enjeu bien plus grand qu’eux.

Malgré la prolifération de personnages, j’ai réussi tout de même à m’attacher à Sam Pollack, à sa fille Grace et à Liz McGeary. Ils sont pour moi les personnages les plus marquants émotionnellement. Je ne dis pas que les autres personnages principaux ou secondaires sont moins intéressants mais disons que j’ai eu beaucoup plus de facilités à m’attacher à ces trois-là. Même si Grace n’apparaît qu’au milieu du livre.

Ce qui plait aussi énormément dans ce livre c’est que les évènements décrits peuvent devenir rapidement très réels et nous ne sommes absolument pas à l’abri d’un scénario de la sorte dans la vie réelle. C’est donc un schéma dès plus inquiétant que nous livre l’auteur à travers son histoire. Les situations décrites jouissent d’une réelle crédibilité et personnellement j’ai accroché tout au long jusqu’au dénouement final.

Ce livre m’a donc pleinement convaincu même s’il ne s’agit pas d’un coup de cœur pour ma part. Certains lecteurs ont ressenti des longueurs dans leurs lectures, ce qui n’a pas été mon cas, j’ai toujours été happée par l’histoire et jamais l’auteur ne m’a perdue en route. Sa classification en jeunesse n’a par contre absolument aucun sens pour moi car le ton et le sujet traité convient parfaitement aux adultes aussi. Un thriller très efficace qui devrait plaire au plus grand nombre. Une lecture que je recommande et cela me donne vraiment très envie de découvrir d’autres écrits de l’auteur.

Ma note : 8,5/10.

EtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoile_1