Ne t'éloigne pas

Ne t'éloigne pas

d'Harlan Coben

Belfond, 374 pages

19,90€

 

Voici l’histoire :

A Atlantic City, le même soir, deux personnes, Stewart et Cassie, disparaissent sans laisser de trace.

Dix-sept ans après : Cassie mène une vie rangée de parfaite mère au foyer.

Ray, son ex-petit ami, est un homme brisé, rongé par ses cauchemars.

L'inspecteur Broome est hanté par un mystère qu'il n'a jamais résolu : qu'est-il arrivé à Stewart, ce bon père de famille, cette nuit-là ? Quel lien entre lui et Cassie ?

Un incident va tout faire basculer... Et si le temps était venu pour chacun d'affronter son passé et ses secrets ? L'insoutenable vérité, enfouie depuis dix-sept ans, va-t-elle pouvoir enfin éclater ?

Mon avis :

Entamer un nouvel Harlan Coben est toujours synonyme chez moi de grand plaisir et jusqu’à présent je n’ai jamais été réellement déçu par l’un de ses romans même si parfois il y en des meilleurs que d’autres. C’est le cas ici, si l’histoire en elle-même n’est pas mal, je n’ai pas apprécié autant que d’habitude les révélations finales. Serais-ce la lassitude qui commence à me gagner ou juste un cru un peu moins bon que les autres ?

Je pencherai plutôt pour la seconde option, tout d’abord car j’ai eu beaucoup plus de mal que d’habitude à rentrer dans l’histoire et surtout à en apprécier ces protagonistes. Même si j’aime beaucoup son personnage phare Myron Bolitar, j’aime aussi habituellement quand l’histoire reste un one shot classique. Mais là je dois dire que je n’ai pas apprécié les trois personnages « principaux » on va dire du roman. Que ce soit Cassie, l’ex danseuse devenue mère de famille, Ray le photographe hanté par ses démons ou encore l’inspecteur Broome trop stéréotypé pour moi.

Je sais bien que c’est souvent le cas dans la plupart de ses livres mais j’en été ici beaucoup plus gênée qu’à l’accoutumée. Il faut dire aussi que l’histoire ne m’a pas emportée plus que cela. J’ai tourné les pages certes mais pas avec la même avidité que d’habitude.

Attention le livre et l’intrigue reste efficace, mais je suis restée beaucoup plus en retrait que ce que j’en ai l’habitude. Après fort heureusement pour moi, Harlan Coben possède toujours le don de me surprendre avec un bon final même s’il n’est pas non plus dès plus grandiose.

Le livre au final n’entrera pas dans mon top des meilleurs livres de l’auteur, il a écrit beaucoup mieux pour moi. Bien entendu cette petite déception ne m’empêchera pas de continuer à lire avec plaisir ces autres romans, avec toujours autant d’avidité. En espérant bien sûr que le maître de nos nuits blanches reste toujours dans la même veine que ces précédents écrits. Je remercie en tout cas grandement les éditions Belfond pour m’avoir permise de découvrir le nouveau roman de l’auteur.

Ma note : 6,5/10.

EtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoile_1