Faute de preuves Faute de preuves

d'Harlan Coben

Pocket, 468 pages

8,10€

 

Voici l’histoire :

Dans son émission de téléréalité où elle traque les pédophiles, Wendy coince en direct Dan. Arrêté puis relâché, ce dernier est assassiné par le père d’une de ses victimes. Mais quelque chose cloche et Wendy se met à douter. Serait-elle responsable de la mort d’un innocent ?

Mon avis :

Lire un livre d’Harlan Coben est toujours un véritable plaisir pour moi et même si j’ai une petite préférence pour son héros Myron Bolitar, changé de narrateur de temps en temps n’a jamais fait de mal à personne.

Ici nous faisons donc la connaissance de Wendy, animatrice tv qui traque les prédateurs sexuels dans son émission choc. Elle va donc se lancer à la poursuite de Dan Mercer, cependant comme toujours avec Harlan Coben, les apparences sont souvent trompeuses et Dan va demander à Wendy de prouver son innocence malgré toutes les preuves accablantes contre lui.

Une autre histoire de disparition va se greffer à celle-ci, celle d’une jeune fille sans histoire et sans lien apparent avec Dan. Est-il vraiment un délinquant sexuel et un tueur ou a-t-il vraiment été piégé comme il le prêtant, c’est que va devoir découvrir Wendy après de tragiques évènements.

Si le plume de l’auteur m’a toujours autant emportée, mon enthousiasme est cependant plutôt tempéré pour ce livre, j'ai bien aimé attention mais c’est juste qu’il lui a manqué ce petit quelque chose qui en aurait fait un excellent Coben. Un Harlan Coben comme je les aime, c’est-à-dire un livre que l’on ouvre, dévore et que le final nous laisse sans voix.

Ici si la plupart des ingrédients y était, j’ai trouvé la fin assez convenue finalement, bien mais pas transcendante, j’en attendais plus et finalement même si la surprise été là, je ne lui rien trouvé de grandiose. C’est un bon final, point.

Après comme d’habitude, les pages se tournent toutes seules et sans même nous en apercevoir nous sommes déjà à la fin du livre. Wendy est un personnage attachant, mais un peu au-dessous de Myron au niveau charisme. Il était sympathique aussi de croiser Win au détour de quelques pages. Et pourquoi pas un livre à deux voix pour la prochaine, un Myron/Wendy, cela pourrait être intéressant même si je doute que cela soit prévu.

En conclusion, il s’agit d’un bon Coben, d’un bon policier mais ce n’est pas le meilleur de l’auteur pour moi et j’espère que je retrouverais la patte que j’aime tant dans ces prochains romans.

Ma note : 7/10.

EtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoileEtoile